Frère Damein Rival

Avance au large

L'album photos de l'ordination de frère Damien est disponible ICI.

« Ca ne doit pas être normal. Mais c’est comme si c’était naturel ». Frère Damien s’affiche à la fois jovial et placide. « Je suis dans la joie parce que le Seigneur a préparé mon cœur à ce jour-là. » Ce jour dont il parle, c’est bien évidemment le 16 juin, où il sera ordonné prêtre en l’abbaye de Mondaye, dans le Calvados, maison mère de la congrégation des prémontrés qu’il a choisie.

Damien entre à Mondaye en 2011. « Je n’ai rien demandé, j’ai répondu à un appel que j’ai ressenti. » Il a à peine vingt-huit ans et vient de passer une dizaine d’année engagé dans la marine nationale. « Nous étions en mer, c’était en 2007, j’avais 24 ans. Lui, c’était Rémi, un homme pas comme les autres. » Lorsqu’il décrit son collègue comme un compagnon rayonnant de joie, toujours encourageant pour les hommes du bord, frère Damien ne cache ni son sourire ni ses yeux qui brillent. « Tiens, tu veux pas qu’on prie ensemble ? » Damien pouvait-il s’attendre à cette question de Rémi ?

Dieu est premier

Celui qui a reçu l’amour et le pardon de Dieu ne peut le garder pour lui. Si cet amour rejaillit, la foi va se répandre et le Seigneur pourvoira à tous nos besoins. « Occupe-toi de tes affaires et moi, je m’occuperai du reste. Dieu est le premier servi. Quand on place le Seigneur en premier dans sa vie, il s’occupe de nous. Comme Rémi, sur le bateau, il faut être attentif aux autres  dans toute vocation. Dans l’Église, nul n’est spectateur et « sentir l’odeur du troupeau » passe par l’interpellation qui est celle de Dieu."

« Un matin, en mer réveillant, en pleine mer, j’ai compris l’appel. » D’abord, et avant d’être pasteur, un appel à la vie religieuse pour être configuré au Christ, le suivre, et lui seul, entouré de ses frères religieux. Plus tard, en mission sur un autre bâtiment, le jeune marin croise l’aumônier militaire. « Cette rencontre a confirmé le premier appel. »

Alors, Damien se tourne vers un conseiller spirituel. « Il ne prend pas les décisions à ta place mais il t’aide à poser les choses, il agit comme un écho, il te renvoie dans tes retranchements. » Car il est indispensable d’être accompagné pour discerner la volonté de Dieu. Ce Dieu qui a eu l’initiative, qui a aimé le premier, « qui est venu me chercher. Oui, bien sûr, j’ai ma part à faire, comme dans un couple marié et comme dans le mariage, j’y vois une double liberté : celle de l’initiative, celle du consentement à l’appel.» Damien se souvient qu’un jour, un prêtre lui a dit qu’il serait un bon époux, un bon père de famille, un bon prêtre. Le Seigneur nous laisse libre, tout n’est pas écrit d’avance et il n’y a pas de mauvais chemin. En prenant celui de la vie religieuse et, maintenant, du presbytérat qu’il entend vivre comme une alliance pour la mission, frère Damien répond à sa manière à l’appel pour avancer au large.

Famille et vocation :

Préparer le semi

Ma famille a joué un rôle prépondérant. J’ai été élevé dans la foi chrétienne, dans une famille pratiquante. Mes parents, pourtant ne priaient pas à la maison. J’ai reçu la prière de mes grands-parents. Lorsque nous allions chez eux, nous disions ensemble l’Angélus tous les midis. Et le soir, un Notre-Père et trois Je vous salue. Mon autre grand-mère priait le chapelet. Souvent, elle me disait qu’elle priait pour moi et ne manquait pas de me ramener de l’eau de Lourdes. Mon grand-père a dû faire au moins cinquante pèlerinages comme brancardier dans la cité mariale des Pyrénées.

Aujourd’hui, membres de l’ordre franciscain, et malgré leur âge, ils vivent le sacrement de l’eucharistie tous les jours. A 90 ans, ils vont traverser la France pour venir à mon ordination. « On prie pour qu’il y ait un prêtre dans la famille » ai-je souvent entendu. C’était comme préparer le terreau pour faire un semi.

Mon message aux jeunes

Répondre à l’appel du Seigneur par le presbytérat ou la vie religieuse rend heureux. Ne croyez pas que c’est ringard d’être prêtre ou religieux. Au contraire, ça a du sens. Vous recevrez plus que vous pensez et en plus, vous ne perdrez rien. N’ayez pas peur de vous poser cette question : le Seigneur m’appelle-t-il à cette vie ?

Ne l’évacuez pas, ça fait partie des possibles. Alors, demandez, frappez, questionnez. Ne rester pas seul pour chercher vos réponses.

Frère Damien

Avec vous, le corps du Christ

Depuis mon arrivée à Conques, ma mission est ici, dans la paroisse, bien sûr, mais aussi dans le monde. Je suis inscrit au club de foot de Saint-Cyprien-sur-Dourdou. Mon habit est déjà un témoignage lorsque j’arrive au vestiaire pour enfiler la tenue de sport. Et sur le terrain, c’est un peu « musclé ». Quand l’équipe perd, quand une décision de l’arbitre déplait, ça peut être violent. J’essaie d’apporter un regard qui soit bon sur l’autre, sans céder à cette violence.

Je partage avec les gars un moment de convivialité, après l’entraînement ou le match et j’observe qu’une relation d’amitié est en train de se mettre en place. Le sport est une porte d’entrée idéale avec les jeunes parce qu’on retrouve des valeurs chrétiennes : le don de soi, la joie, l’esprit d’équipe, la joie de vivre ensemble la communion de l’équipe. Oui, parfois, on a du mal à accepter la défaite, on accuse à la hâte, mais ça reste du sport. Tout est apprentissage : ce qui ne fonctionne pas dans l’équipe, ce qui nous empêche de faire corps, de faire Église, d’être, qui que nous soyons, le corps du Christ.

Frère Damien Rival

sera ordonné prêtre par Mgr Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux

le dimanche 16 juin 2019 à 15 heures

en l'abbaye Saint-Martin de Mondaye (Calvados)

Vous êtes très chaleureusement invités à vous unir à ces ordinations par votre présence ou votre prière, partageant l'action de grâce de la communauté.