Justes parmi les nations

Alors qu'est célébré le 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, le groupe Agora, des chrétiens interrogent l’actualité, invite Patrick Cabanel à Rodez pour une conférence sur les justes parmi les antions.

Juste
parmi
les nations

Vendredi 31 janvier 2020
20h30

Auditorium du
centre culturel départemental

25 Avenue Victor Hugo
12000 RODEZ

« Juste parmi les nations » : plus de trois mille cinq cents Français ont reçu cette distinction décernée par l’institut israélien Yad Vashem qui récompense les non juifs ayant sauvé au moins un juif au cours de la Shoah.

Qui sont ces hommes et ces femmes ? La France, longtemps après les résistants en armes, a découvert les Justes, dont la résistance a été civile, pacifique et idéaliste. Ils tiennent dans notre mémoire collective une place qui ne doit pas occulter la tragédie de la Shoah, mais rappelle qu’une autre France a existé face à celle de Vichy.

Dans son ouvrage, Patrick Cabanel dresse le portrait de ces héros anonymes : membres du clergé catholique ou protestant, instituteurs, militants, sans oublier quelques figures étrangères remarquables. Héros solitaires mais souvent portés par des réseaux de solidarités religieuses ou humanitaires, des lieux à forte identité ou encore des familles disséminées dans le tissu rural.

Dans l’Aveyron, pendant l'occupation, soeur Denise Bergon dirigeait le pensionnat Notre-Dame à Massip, A partir de décembre 1942, elle commença à utiliser l'établissement pour abriter des enfants juifs dont les parents avaient été déportés ou contraints de se cacher, sauvant ainsi la vie de 80 enfants. La religieuse aida également des adultes juifs, parfois des familles entières. Elle cacha onze adultes dans l'école et trouva des refuges pour plusieurs familles. Son activité avait la bénédiction de Mgr Jules-Géraud Saliège (q.v.), archevêque de Toulouse.

Mais soeur Bergon n’est pas la seule à avoir oeuvre en faveur des enfants juifs dans l’Aveyron. Les noms de l’ancien president du Conseil Paul Ramadier et son épouse Marguerite, du pasteur Idebert Exbrayat et de son épouse Yvonne, et une trentaine d’autres aveyronnais figurant parmi les justes declarés par l’institut Yad Vashem.

Le 31 janvier prochain, Patrick Cabanel viendra parler, à Rodez, de l’histoire des justes parmi les nations, et plus spécialement de ces aveyronnais qui se sont illustrés dans la protection des personnes persécutées pendant le deuxième conflit mondial.

Qui est Patrick Cabanel ?

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Le Mirail, est l’auteur de nombreux livres dont : Juifs et protestants en France, les affinités électives XVIe-XXIe siècle (2004), Cévennes. Un jardin d’Israël (2004), Chère Mademoiselle… Alice Ferrières et les enfants de Murat, 1941-1944 (2010).

Son ouvrage, Histoire des justes en France, a remporté le prix Viannay - Défense de la France en 2012.

A lire :

Histoire des justes en France, Patrick Cabanel, Armand Colin éditions, 2012 – ISBN 978-2-20035044-4, 27,50 €

Les mots de la laïcité, Patrick Cabane, Presses universitaires du Mirail, 2004 – ISBN 978-2-85816737-1, 10 €

Les justes de France, édité par le mémorial de la Shoah et la fondation pour la mémoire de la Shoah, avril 2007 – ISBN 978-2-9524409-4-8

Un site :

Pour retrouver des informations sur sœur Denise Bergon et les autres justes parmi les nations en Aveyron, aller sur le site yadvashem, se rendre dans le menu « les-justes-parmi-les-nations puis » « les-justes-de-France »

Repère

Le titre de « Juste parmi les Nations » est la plus haute distinction civile décernée par l’Etat hébreu, à des personnes non juives qui, au péril de leur vie, ont aidé des Juifs persécutés par l’occupant nazi. Les personnes ainsi distinguées doivent avoir procuré, au risque conscient de leur vie, de celle de leurs proches, et sans demande de contrepartie, une aide véritable à une ou plusieurs personnes juives en situation de danger.