Bouge ta planète

Nous engager pour transmettre

Destiné aux collégiens, le programme d’éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale porté par le CCFD-Terre solidaire et les aumôneries et pastorales des collèges accueille cinq étudiants du foyer Saint-Pierre à Rodez qui prennent part à l’organisation et à l’animation de la journée.

Alors que les autres résidents du foyer préparent, avec les animateurs, les journées portes ouvertes, Anaïs, Lucie, Romain et Théo ont accepté de prendre du temps pour parler de leur engagement avec le CCFD-Terre solidaire.

Au début de l’année universitaire, lorsqu’ils arrivent au foyer Saint-Pierre à Rodez, les jeunes étudiants assistent à une présentation de plusieurs projets dans lesquels ils peuvent s’investir en marge de leur formation. Collaboration avec la Croix Rouge, participation à l’accueil des familles de détenus au centre pénitentiaire de Druelle, investissement dans l’association Mômes au chaud, participation aux actions du CCFD-Terre solidaire, et plus particulièrement à la journée Bouge ta Planète du 30 mars prochain. Qu’est-ce qui a conduit Anaïs, Lucie, Romain et Théo à répondre « oui » à l’appel du Comité catholique contre la faim et pour le développement ?

C’est la possibilité de m’investir dans l’organisation d’un grand jeu, ou de mini ateliers qui me motive dans le projet Bouge ta Planète. »

BAFA en poche, animatrice de « colo » l’été dernier, et après neuf années de théâtre amateur, Anaïs, 18 ans, en première année de DUT information et communication à l’IUT de Rodez et originaire de Castres dans le Tarn, ne se laisse pas effrayer. Lucie, quant à elle, n’a pas vraiment d’expérience en la matière. A 18 ans, en première année de BTS Gestion des petites et moyennes entreprises au lycée Charles Carnus de Rodez, Lucie vient elle aussi de Castres. « J’ai déjà joué une pièce de théâtre devant un petit public, ma classe ! Ou participé à des galas de danse. Mais le 30 mars, ce sera complètement différent : il faudra parler devant tout le monde. Ca va me demander un effort, mais je vais y arriver ! » Pour la jeune tarnaise, c’est le thème de cette année, la route des migrants, qui l’a amenée à choisir ce projet. « Ce sont des jeunes de notre âge, ou de l’âge des collégiens, qui peuvent être pris dans les flux migratoires. C’est très important de comprendre pourquoi ils quittent leur pays pour arriver en Europe.»

Côté garçons, l’idée de la transmission est mise en avant dans leur adhésion au projet Bouge ta Planète. « J’ai accroché à l’activité proposée : jouer un rôle devant ces ados pour leur transmettre quelque chose. » Romain, le régional de l’étape, d’apparence plus timide dans notre échange, étudie en première année de DUT informatique à l’IUT de Rodez. Du haut de ses 18 ans, le decazevillois a le sentiment de naviguer entre appréhension, « comme toutes les premières fois ! », et excitation. « J’ai vraiment envie que ces collégiens soient contents d’être là pour apprendre. » Théo, 19 ans, poursuit ses études en deuxième année de DUT Gestion des administrations et des entreprises à l’IUT de Rodez. Natif de Nevers (Nièvre) et habitant à Toulouse, il renouvelle cette année son engagement avec le CCFD-Terre solidaire. « J’ai déjà participé au Bouge Ta Planète en 2018 et j’ai beaucoup aimé car j’ai pu apprendre des choses à des collégiens. C’est très important de leur apporter une ouverture, de leur permettre de faire évoluer leur état d’esprit. »

Qu’ils soient aveyronnais, tarnaises ou bourguignon, qu’ils vivent l’expérience pour la première fois ou qu’ils la renouvellent, avec appréhension, excitation ou assurance, la transmission est pour Anaïs, Lucie, Romain et Théo la colonne vertébrale de leur engagement pour les collégiens aux côtés du CCFD-Terre solidaire.

S'engager pour les autres ? mais pourquoi ?

Anaïs, Lucie, Romain et Théo ont choisi de concrétiser leur engagement avec le CCFD-Terre solidaire.... (Lire la suite ICI)

Bouge ta planète 2019 en bref

Où ? à Druelle
Quand ? Samedi 30 mars
Sur quel thème ? Les migrations

L'objectif est de sensibiliser les jeunes sur le parcours d’un migrant et spécialement sur le parcours des mineurs non accompagnés.

Au programme de la matinée :
sensibilisation sur la problématique et les causes des  migrations

Et l’après-midi…
Un grand jeu de rôle pour comprendre les enjeux des migrations internationales intitulé « Sur la route des migrants », suivie d’une relecture. Le jeu a été réalisé par la fondation Don Bosco qui prend en charge sur Paris les migrants mineurs non accompagnés.

 

Les migrations, on en parle, à la télé, à la radio, dans les journaux, surtout pour les questions que ça pose quand ils arrivent. Mais on reste discret sur tout le trajet et les épreuves qu’ils doivent traverser et endurer pour arriver jusqu’ici. C’est dommage !»

Lucie

« Ce qu’il nous faut expliquer aux collégiens, ce sont les raisons qui poussent quelqu’un à partir de son pays. Comprendre la source, c’est comprendre le phénomène migratoire.»

Théo