La béatification de nos frères et soeurs

Une grâce pour notre Église

Le 8 décembre, l’Eglise qui est en Algérie a laissé éclater sa joie et nous a associés à cette joie. Elle a célèbré ce jour la béatification des 19 religieux morts au cours de la décennie sanglante qu’a connue l’Algérie dans les années 90, et parmi eux les sept moines trappistes de l’abbaye de Tibhirine. Cette fête et cette joie sont celles de toute l’Église, car c’est l’Église entière qui se réjouit de cette reconnaissance.

Ces martyrs ont quelque chose à nous dire, nous qui essayons de vivre de la foi là où nous sommes. Mgr Paul Desfarges, archevêque d’Alger, nous l’exprimait lors de l’assemblée de Lourdes :

Ils appartiennent à l’Eglise universelle et au monde, mais cette célébration ne pouvait se faire hors d’Algérie, le pays où ils ont donné leur vie. »

Revivre la veillée de prière du vendredi 7 décembre à Oran (Algérie)

Revoir la messe de béatification du samedi 8 décembre, au sanctuaire Santa Cruz d'Oran (Algérie)

Parmi ces 19 religieux, les moines de Tibhirine sont les plus connus et, parmi eux sans doute, Christian de Chergé. Il nous est cher car ses racines aveyronnaises sont profondes, et notre terre est celle où reposent ses parents. Il m’est cher particulièrement car je crois recevoir beaucoup de lui à la fréquentation de ses écrits comme à ceux de frère Christophe Lebreton.

Mais il ne faut pas les isoler de tous ces autres témoins, hommes et femmes, associés à la même reconnaissance de leur bonheur en Dieu : Mgr Pierre Claverie et ses compagnons. Toutes et tous, sans aucune exception, alors que la situation devenait délicate, ont choisi de rester en Algérie, dans une double volonté de fidélité à ce peuple au milieu de qui ils vivaient et qu’ils servaient, et à leur Dieu de qui ils avaient reçu mission sur cette terre.

Ils n’ont pas cherché ou souhaité la mort. Ils ne sont pas morts de manière inconsciente ou insouciante. Ils ont fait de leur vie une vie donnée, par amour, et ils en ont assumé toutes les conséquences.

Il ne faut pas non plus les isoler de ces hommes et femmes nombreux, algériens, musulmans pour un grand nombre d’entre eux, qui eux non plus n’ont pas consenti à la violence qui s’installait dans leur pays et s’y sont opposé d’une manière ou d’une autre. Parmi eux, 114 imams qui ont payé de leur vie leur refus de la violence qui se développait.

Les évêques d’Algérie souhaitent que la mémoire des bienheureux se vive en relation profonde avec toutes celles et ceux de ce peuple qui se sont opposés à la violence et l’on payé de leur vie.

Mgr Paul Desfarges vient d’écrire une très belle lettre pastorale dans laquelle il nous aide à accueillir le sens de cet évènement et à le vivre dans la communion de toute l’Église.

L’Église d’offre à notre Église et à notre monde, dix-neuf de nos frères et sœurs comme modèles pour notre vie de disciple aujourd’hui et demain. »

Journée d'action de grâces

en Aveyron

Dimanche 16 décembre,
Villefranche-de-Rouergue

10h30 : messe célébrée par Mgr François Fonlupt à la collégiale

12h30 : pique-nique tiré du sac à la Sainte-Famille

Possibilité de visite de la chambre de Sainte-Émilie, de la chapelle, de la crypte, de la salle du patrimoine

14h00 : témoignages sur la béatification vécue à Oran, notamment par Mgr Fonlupt, et sur

15h00 : temps de prière à l’église puis au cimetière d’Orlhonac (commune de La Rouquette, à 4 km de Villefranche)

Cette journée sera précédée d’une projection et d’une veillée autour du film Des hommes et des Dieux
Samedi 15 décembre, 20h30, salles du Tricot à Villefranche