Du carmel à l'évêché de Rodez

Du Carmel à l'évêché de Rodez

Entretien avec Jean-Marc Levesque Intro

Le diocèse de Rodez a ouvert les portes du Carmel du 13 au 16 novembre et les 6 et 7 décembre 2014, permettant ainsi à plus de 3.000 personnes de visiter le monastère.

Depuis février 2015, les travaux d’aménagement sont en cours pour que, à l’horizon de l’été 2016, l’ensemble des services de l’évêché et les archives diocésaines puissent y être transférés.

La conduite du projet a été confiée, après concours, au cabinet d’architecte ruthénois Droit de Cité.

 

Rencontre avec l’un des associés,  Jean-Marc Levesque.

 

« Travailler sur le projet d’aménagement d’un évêché ne m’était jamais arrivé et ne m’arrivera probablement plus jamais ! »
Jean-Marc Levesque

Loin de le regretter, l’architecte et son équipe ont très vite saisi la spécificité du travail qui leur était demandé, de cette mission gratifiante et valorisante de modifier le paysage ruthénois, de façonner la vocation nouvelle d’un lieu marquant pour les mentalités, depuis sa construction en 1890, et dans sa projection future.

La volonté de l’évêque de Rodez et de Vabres, François Fonlupt, dans la dynamique de celle du pape François, est l’ouverture. Il s’agissait bien de la retranscrire physiquement, de mettre en œuvre les solutions architecturales et techniques pour passer de l’intériorité à la relation avec l’extérieur. « Le palais qui abrite depuis 300 ans l’évêché reste un lieu clos, qui se laisse très peu deviner depuis l’extérieur », rappelle l’architecte. Le cahier des charges, à l’inverse, stipulait une ouverture sur la ville.

Un ensemble architectural admirablement bien conservé

Le bâti est vieux de plus d’un siècle et ne semble pas voir pris une ride pour autant, avis d’architecte, que partage également l’un des membres du comité de pilotage mis en place par l’association diocésaine. Reflet d’une histoire, d’un patrimoine, de l’architecture d’une certaine époque, le bâtiment est très typée. La volonté de l’architecte de laisser percevoir le bâtiment originel s’est traduite par la proposition d’abattre le mur d’enceinte côté avenue Victor Hugo et rue Combarel, pour laisser se déployer une vue plus large sur le monastère lui-même. « Nous toucherons le moins possible au bâti existant » renchérit Jean-Marc Levesque. « Les petites extensions (archives diocésaine,  locaux techniques) sont construites à l’écart du quadrilatère principal. Les jardins extérieurs seront une sorte de ceinture verte pour le bâtiment principal. »

Jean-Marc Levesque

Jean-Marc Levesque (2ème en partant de la gauche), lors d'une visite de chantier, en avril 2015, avec Mgr Fonlupt  et M. Xavier Cazals, économe diocésain
Jean-Marc Levesque (2ème en partant de la gauche), lors d'une visite de chantier, en avril 2015, avec Mgr Fonlupt et M. Xavier Cazals, économe diocésain

Le futur évêché vu de l'avenue Victor Hugo

Le futur évêché vu de l'avenue Victor Hugo
Le futur évêché vu de l'avenue Victor Hugo

Entretien avec Jean-Marc Levesque 1

Une symbolique pour servir une vocation nouvelle

 Les façades vont retrouver la blancheur des moellons de calcaire extraits des carrières de Balsac, signe de lumière et de pureté. La lumière contrastera avec les couleurs plus sombres des extensions qui seront construites. Autre symbolique : la clôture se trouve déplacée et joue entre l’espace public et l’espace privé : l’auvent construit pour matérialiser l’entrée principale du public est bien sur le domaine privé tout en devenant partie intégrante de la cité. Au-delà d’un simple abri, il incarne le rassemblement, la protection dont l’Église est signe.

Autre exemple : l’inversion des façades. Henri Pons, en 1890, fait de l’aile sud de la rue Combarel la façade principale, très rythmée, ordonnancée, travaillée. L’aile nord, côté avenue Victor Hugo, masquée par l’imposant mur de clôture, reste fonctionnelle, sans intention particulière. Le projet de 2014 prévoit quant à lui l’inversion de cette conception : le nouveau parvis, l’auvent, la passerelle entre la contre-allée et l’entrée, le travail effectué par l’architecte sur la façade donnent autant de signes de l’inversion du procédé. « Nous voulions trouver une transition graduée entre l’avenue, l’entrée et l’intérieur » explique Jean-Marc Levesque.

Entretien avec Jean-Marc Levesque 2


Répondre à la spécificité et à la multiplicité des fonctions du bâtiment 

L’évêché est un lieu de vie, pour l’évêque, d’abord, mais aussi pour certains de ses collaborateurs. Mais il est également un lieu de travail, d’activité. Il est enfin un lieu de réception pour la consultation des archives, notamment, ou pour assister à des réunions. « Nous avons dû, explique Jean-Marc Levesque, être attentifs aux liaisons entre ces différents lieux, être attentifs aux circulations des personnes, aux vues sur l’extérieur et depuis l’extérieur, en particulier. » A titre d’exemple, autour du patio central, le cloître est conservé comme son système de circulation. Tout comme il était intéressant de créer une perspective sur le cloître et son jardin dès le hall d’entrée, espace premier d’accueil du public. « Ouvrir tout en préservant l’intimité  » conclut l’architecte.

Travailler en équipe avec les services de l’évêché

 Dans la phase initiale du concours, Jean-Marc et Hervé, son associé, ont beaucoup échangé. Ils ont effectué un important travail individuel de réflexion, avant de confronter leurs idées pour enrichir le projet. Nathalie, quant à elle, s’est concentrée sur les espaces extérieurs, s’attachant à au traitement des surfaces, à la création de zones de stationnement paysagées, à la mise en place d’une vraie transition entre les espaces publics de la ville et la propriété privée de l’évêché. « Notre proposition est le fruit de l’entraide et de l’apport des idées de toute une équipe. »

« Lorsque nous avons été consultés », reconnaît Jean-Marc Levesque, « le projet avait déjà été mûrement réfléchi : des idées étaient émises, des hypothèses avancées, des besoins parfaitement identifiés et des objectifs financiers clairement établis. Nous avons senti, de la part du groupe de travail qui porte le projet pour l’association diocésaine, une véritable réflexion de fond, chaque membre ayant apporté son expertise particulière. C’est plutôt agréable de pouvoir ainsi prendre le temps nécessaire pour dégager une proposition de qualité, tant en amont, lors du concours, que dans toutes les phases successives qui vont baliser le projet », ajoute le professionnel.

Avec l’association diocésaine, l’agence s’est trouvée engagée dans des échanges constructifs, enrichissants : une manière de travailler à laquelle les collaborateurs de Jean-Marc Levesque ne sont pas toujours habitués.

Respecter le travail de nos prédécesseurs

 « Nous ferons travailler 15 ou 16 entreprise, nous gèrerons de l’humain, dont il nous incombe d’assurer la coordination » précise le maître d’œuvre. « Nous les inviterons à travailler dans le respect de ce qui a déjà été réalisé il y a plus d’un siècle et tout particulièrement par rapport à ce que nous envisageons de préserver : les parquets, les murs, les menuiseries,... » Au-delà du respect du patrimoine matériel, il s’agit bien davantage de respecter celles qui l’ont habité pendant plus d’un siècle, de ne pas le dénaturer par une intervention brutale : un engagement que toutes celles et tous ceux qui s’impliquent dans le projet sont prêts à prendre.