Du carmel à l'évêché de Rodez : l'histoire d'un projet

Du carmel à l'évêché de Rodez : l'histoire d'un projet

Evêché côté rue Combarel

Chantier évêché Rodez vue rue combarel

Le mot de l'évêque

Après avoir évalué les besoins, envisagé diverses solutions, tenu compte de certaines contraintes, il est apparu que les locaux du Carmel offraient la surface nécessaire pour aménager l’évêché dans la diversité de ses besoins, en offrant des lieux de travail, de vie, de rencontre qui soient fonctionnels.

Plusieurs étapes se sont enchaînées pour associer à la réflexion les instances consultatives et décisionnaires du Diocèse. Est venue ensuite l’étape du concours d’architectes, qui nous a vu confier au cabinet ruthénois Droit de Cité, la responsabilité du projet. Les travaux ont commencé en février. La première pierre a été posée le 2 juin.


S’engager, investir dans un lieu dont l’Eglise est propriétaire, avec une assurance de pérennité, c’est croire en l’avenir.

C’est aussi habiter des espaces plus ajustés à la réalité ecclésiale de ce temps. C’est aussi une manière de manifester une responsabilité par rapport aux biens d’Eglise et à leur gestion.

Je vous sais attachés, chacune et chacun, à cette terre d’Aveyron. Je mesure le soutien fidèle que vous avez manifesté et continuez d’apporter { l’Église catholique. C’est pourquoi je viens spontané-ment vers vous aujourd’hui.

Je forme le voeu que votre générosité puisse à nouveau se déployer et servir notre volonté de donner à notre Église diocé-saine un lieu renouvelé, ouvert, signe de la présence de l’Eglise à la ville et aux hommes.

Je vous témoigne d’avance ma gratitude et mes remerciements.


François Fonlupt,
évêque de Rodez et de Vabres

Répondre à la spécificité et à la multiplicité des fonctions du bâtiment

Répondre à la spécificité et à la multiplicité des fonctions du bâtiment

L’évêché est un lieu de vie, pour l’évêque, d’abord, mais aussi pour certains de ses collaborateurs. Il est également un lieu de travail, d’activité. Il est enfin un lieu de réception pour la consultation des archives, notamment, ou pour participer à des réunions. « Nous avons dû, explique Jean-Marc Levesque, être attentifs aux liaisons entre ces différents lieux, aux circulations des personnes, aux vues sur l’extérieur et depuis l’extérieur, en particulier. »

A titre d’exemple, autour du patio central, le cloître est conservé comme son système de circulation. Tout comme il était intéressant de créer une perspective sur le cloître et son jardin dès le hall d’entrée, espace premier d’accueil du public.