Le blog du Synode

Logo Synode 2015 2016

Disciples et missionnaires

Ce dimanche 30 novembre, a été jour de grâce pour l’Eglise universelle, mais aussi, pour notre Eglise locale, notre Eglise diocésaine. Nous sommes entrés dans une nouvelle année liturgique en accueillant la nouveauté de la Parole et  en recevant la nouvelle traduction des lectionnaires.

Nous avons célébré l’ouverture de l’année de la vie consacrée qui se déroulera jusqu’au 2 février de l’année 2016, nous réjouissant avec les nombreux religieux et consacrés présents de leur réponse à l’appel du Christ, source de joie profonde. 

Nous avons célébré, en diocèse, une étape de relecture de la lettre pastorale au cours de laquelle j’ai annoncé un temps nouveau de « marche ensemble », de synode pour notre diocèse.

En effet, dans la dynamique de notre vie ecclésiale et de la relation nouée à travers les visites, la lettre pastorale ; après consultation des différents conseils et particulièrement du Conseil presbytéral ; à partir de ce que nous a donné de recueillir ce temps diocésain, je souhaite que notre Eglise diocésaine puisse entrer en synode pour : revenir à la source de la Parole et des sacrements, nous mettre à l’écoute de l’Esprit et discerner ce qu’il nous invite à vivre, cela, dans le temps qui est le nôtre et sur cette terre du Rouergue où il nous est donné de vivre.

Si nous prenons au sérieux le don reçu au baptême et à la confirmation il nous appartient de ne pas « étouffer l’Esprit en nous », et de recevoir ce qu’il dit à notre Eglise à travers l’écoute de la diversité de ses membres. Un synode est un acte d’Eglise. Il est un temps où nous nous mettons à l’écoute de la Parole pour interroger notre réponse et mieux l’ajuster. Un synode se célèbre. Il est un acte profondément spirituel qui engage notre Eglise et tous ses membres. Ce synode se célébrera de la Pentecôte 2015 à la Pentecôte 2017.

Je souhaite que nous puissions, avec l’ensemble de tous ceux qui entendront l’invitation nous recentrer sur une double question : comment aujourd’hui pouvons-nous préciser la mission sur la terre qui est la nôtre ? De quels moyens disposons-nous ou avons-nous besoin pour la vivre ? De quelle vie communautaire avons-nous besoin pour puiser à la source et en témoigner auprès de nos frères ?

Je souhaite donc que nous puissions réfléchir aux conditions  nous permettant aujourd’hui d’être disciples et missionnaires. Que l’Esprit accompagne la route qu’il nous invite à prendre ensemble, pour être ici et maintenant l’Eglise du Christ, Signe de la tendresse de Dieu pour les hommes.

François Fonlupt, évêque de Rodez et de Vabres, Extrait de l’intervention lors du rassemblement diocésain du 30 novembre 2014